079 752 65 10

Je pleure

Tous les jours

De tristesse, de joie, de colère

Je pleure

Au fil du temps, pleurer est devenu ma force

J’ai conscience aujourd’hui de la puissance que cela me donne

Je laisse donc couler mes larmes qui se transforment parfois un rivière, parfois en torrent. Et je me baigne dans l’émotion qui se présente. Puis, je l’observe se dissoudre.

Tout au fond de moi, réside une mer intérieure, calme, paisible. Tel un cénote : un endroit enfoui, paisible, secret, imperturbable. Cet espace n’a pas d’âge. Son accès n’est pas aisé. Beaucoup rebroussent chemin.

Grâce à ce lieu, je ne rame plus à contre courant, mais je surfe aisément avec mes émotions.  Avec fluidité et légèreté, parfois. Avec douceur, amour et respect, toujours. Enfin, presque toujours. 

Plus j’ai laissé les émotions se présenter à moi, plus elles ont osé s’exprimer. Elles rendent ainsi ma vie de plus en plus riche et colorée.

De cette manière, j’ai appris à aimer la nuit autant que la lumière. La nuit permet de voir les étoiles, la Voie lactée et la Lune. La lumière permet d’observer le Monde et d’interagir avec lui. De s’émerveiller de sa beauté.

Je pleure

De plus en plus

Je pleure pour libérer toutes mes tristesses, mes joies, mes tensions de toutes sortes. Mes colères, aussi. Celles qui sont en moi depuis la nuit des temps comme celles que je porte de mes lignées.

Ainsi, les émotions me traversent en ressortent sous forme de larmes, tel une piscine à débordement. Paisiblement, au gré des mouvements intérieurs. Une forme de libération, de lâcher prise, de relaxation, au sens premier du terme.

Les émotions savent qu’elles sont les bienvenues et qu’elles ne seront pas rejetées… aussi noires soient-elles.

Je pleure

Mais dans le fond, ma Mère intérieure sait: 

Je ne pleure pas hier

Je me réjouis de demain

Quelles que soient les émotions 

Car dans le fond je sais une vérité immuable

Je sais que tout change

Tout a une fin

Seul l’Amour inconditionnel n’a pas de finitude 

Cultivons-le ensemble 

D’autant que trouver l’accès au cénote intérieur est un chemin inconfortable. Il ne peut en être autrement. C’est ce qui fait à la fois la beauté du parcours et du cénote. Une beauté qui se mérite, une étape, dans un long voyage. La longueur du périple nous permet de voir et d’apprécier d’autant plus intensément cet espace, aussi  préservé qu’imperturbable. Une fois arrivé là, nous réalisons que le cénote a toujours été présent, alors que nous avons illusoirement cherché les clés de notre bonheur à l’extérieur.

Cette étude ne se fait pas seul. Le partage autour du chemin est fondamental: pour que tous ceux qui cheminent puissent trouver un peu réconfort et de douceur. Pour se nourrir mutuellement d’échanges qui redonnent du courage. Ainsi avoir la force d’avancer encore. Dégager le chemin de ses blocages et de ses illusions. Savoir que ce lieu existe en chacun de nous. Ne jamais oublier, quelques soient les circonstances extérieures, que ce lieu est accessible.

Nota bene: Vous avez été quelques uns à me confier votre inconfort parfois intense lors du travail sur Soi. C’est cela qui me pousse aujourd’hui à publier ce texte que j’ai écrit il y a presque six mois. Car lorsque nous entreprenons le travail de la connaissance du soi avec douceur, avec compassion, avec beaucoup de tendresse, ce n’est pas seulement notre Soi que nous libérons, mais bien aussi tous ceux avec qui nous sommes en relations â commencer par ceux que nous aimons, nos proches. Un cadeau inestimable.
Il semblerait même que ce soit tous ceux avec qui nous avons été en relation dans cette vie comme dans les précédentes. Nous libérons également les lignée qui nous ont précédé.

Finalement étudier la connaissance de Soi, c’est un peu comme planter un arbre: ce n’est pas pour soi que nous le faisons, mais pour les générations à venir que nous pourrions ainsi alléger de quelques fardeaux. En plus, nous nourrissons le monde en retravailler sur la qualité de nos liens … actuels, passés et futurs

 

Cela ne donne-t-il pas une toute autre envergure à l’intériorité?

Et si l’intériorité était la médecine primordiale pour guérir le monde?

Que l’amour que vous portez à l’intérieur de vous puisse rayonner à l’extérieur

Beaucoup d’Amour et de gratitude à tous ceux qui cheminent à mes côtés