Suite au Jeudi Beauty du 10 mars 2016, voici les clés du drainage par l’oligothérapie par Monsieur Frédéric Deville, Directeur du Centre de Recherches et d’Applications sur les Oligoéléments.

Le drainage pour les allergies

Contrairement à une idée répandue, l’allergie ne se manifeste pas seulement sur la peau. Tous les organes peuvent subir un réaction allergique: les poumons (asthme), les sinus (rhinite allergique, rhume des foins), l’intestin (certaines diarrhées), les yeux (conjonctivite), mais aussi les oreilles, les reins, le foie, le cerveau, le coeur, les muscles et les articulations ou le système circulatoire.

Distinguons deux sortes d’allergies.

1.Les allergies exogènes dues à un agent allergène comme les pollens, les aliments, les venins, les poussières, les poils d’animaux, les pollutions, les substances chimiques, les médicaments, etc. Ces allergies ont un rapport direct avec le système immunitaire. Il s’agit de l’extériorisation du conflit entre celui-ci et les substances étrangères qu’il doit éliminer. Ce type de réaction est appelé le choc anaphylactique.

2. Les allergies endogènes, c’est-à-dire dues aux toxines résultant de nos propres métabolismes et qui devraient être éliminées par la voirie de notre organisme: le système immunitaire et les filtres que sont le foie et les reins. En surchargeant notre organisme, nous fatiguons ces organes d’élimination prioritaires; les toxines qui ne peuvent pas sortir par ces voies voyagent dans l’organisme et le lieu où elles rentrent en conflit avec le système immunitaire leur servira de sortie de secours par une manifestation allergique. Ce lieu est celui d’une faiblesse acquise ou héréditaire. Pour évacuer ces toxines, les muqueuses des sinus dans les cas de rhinite ou des bronches dans les cas de glaires expectorés par la toux (n’est-ce pas les fumeurs!?), augmentent leurs sécrétions.

Il est à noter que les allergies se manifestent d’autant plus facilement que l’organisme est surchargé par ses propres toxines. Et il est courant de voir disparaître une rhinite allergique même chronique par un simple jeûne de quelques jours et de la voir réapparaître dès que la personne refait un excès de table.

En oligothérapie nous préconisons la prise du complexe Manganèse-Cuivre-Cobalt-Soufre-Phosphore 1 à 3 x par jour. Pour les raisons évoquées ci-dessus, il est important de stimuler le bon fonctionnement du foie et des reins en prenant les complexes d’oligoéléments spécifiques que nous recommandons pour ces organes. Dans ce cas, pour alléger la thérapie on ne prend le complexe anti-allergique qu’une fois par jour.

Le manganèse tempère la réaction excessive de l’organisme. Rappelons que le manganèse est l’oligoélément de base qui évite que les côtés excessifs du terrain hyperénergique ne portent trop à conséquence. Le cuivre combat les risques infectieux et inflammatoires de l’allergie. Le cobalt et le phospore luttent contre les effets spasmodiques et le soufre est l’élément désensibilisant de ce complexe.

Le drainage énergie

Nous savons que notre organisme absorbe des matériaux (nutrition), les transforme en énergie en les brûlant (métabolisme), ce qui produit des déchets qu’il faut éliminer (catabolisme). Pour réaliser cette dernière action notre organisme est équipé d’organes d’élimination les « émonctoires » qui transforment, filtrent et drainent les déchets. Les deux voies principales et prioritaires sont le foie et les reins. D’autres organes permettent aussi d’éliminer: les poumons pour les déchets gazeux (CO2) et la peau par la transpiration.

En surchargeant notre organisme, nous fatiguons ces organes d’élimination prioritaires; les toxines qui ne peuvent pas sortir par ces voies voyagent dans l’organisme et le lieu où elles rentrent en conflit avec le système immunitaire leur sert de sortie de secours par une manifestation allergique. Ce lieu est celui d’une faiblesse acquise ou héréditaire. Pour évacuer ces toxines, les muqueuses des sinus dans les cas de rhinite ou des bronches dans les cas de glaires expectorés par la toux (n’est-ce pas les fumeurs!), augmentent leurs sécrétions.

Lorsque les toxines, telles des grains de sable dans les rouages de notre organisme, enrayent le bon fonctionnement du système immunitaire, nous devenons plus sensibles aux agents allergiques exogènes: les poussières, les poils d’animaux, les pollens, etc. Dans ce cas il faut combiner le drainage avec le traitement désensibilisant spécifique.

Cet encrassement est la cause initiale de très nombreuses maladies par blocage catalytique principalement. Ainsi apparaissent dans l’ordre les maladies fonctionnelles comme la fatigue, l’insomnie, la nervosité, les migraines, les allergies, la sensibilité aux infections, puis des maladies plus gravement lésionnelles partant de la sphère digestive et éliminatoire pour se fixer sur les problèmes cardio-vasculaires et articulaires et finir par des dégénérescences et des maladies graves comme le cancer, les scléroses et les rhumatismes sévères.

Mais avant d’en arriver là, l’organisme cherche à se défendre et utilise les voies annexes pour l’élimination de ses propres toxines (endogènes):

1. Par la peau; eczémas, prurit, acné, abcès, etc…

2. Par les voies respiratoires. Pour entraîner ces déchets Les muqueuses sécrètent en abondance des liquides: glaires, sinusite, rhinite chronique, allergie, asthme, etc…

3. Par les intestins: diarrhées.

Pour éviter leur évolution vers des maladies lésionnelles  il faut rétablir le bon fonctionnement du système émonctoire, donc drainer, “nettoyer” notre organisme de tout ce qui l’encombre.

Lorsqu’une personne souffre de très nombreux syndromes fonctionnels et lésionnels il serait absurde de lui prescrire l’ensemble des cocktails oligothérapeutiques. C’est dans ce cas-là il est important d’entreprendre en priorité le drainage. Il sera pratiqué sur une période de deux mois au minimum, à ce stade, la plupart des maladies fonctionnelles seront améliorées (fatigue, migraine, nervosité, insomnies, etc…). On traitera alors les symptômes persistants qui étaient pour la plupart déjà au stade lésionnel. Le drainage consiste à rétablir la fonctionnalité des émonctoires prioritaires, le foie et les reins, tout en apportant également un soutien au niveau de la vésicule billiaire, de la sphere intestinale et du pancreas.

Les quatre piliers du drainage énergie.

1. L’alimentation. Il est logique de commencer par cesser de surcharger notre organisme en allégeant l’alimentation par un régime approprié en quantité, qualité, et en proportionnant la répartition des aliments (glucides, protides, lipides, aliments acidifiants ou alcalinisants).

2. Stimuler le foie, la vésicule et le pancréas par l’utilisation de plantes cholérétiques et les catalyseurs naturels du fonctionnement de ces organes. L’ensemble de ces principes actifs se trouve réuni dans le POE N°2 Radis-Noir-Zinc-Nickel-Cobalt-Cuivre-Soufre-Chrome-Vanadium-Manganèse.

3. Stimuler la diurèse rénale par l’ensemble des principes actifs réunis dans le POE N°8 Genièvre-Potassium-Magnésium-Lithium-Iode-phosphore.

Mode d’emploi

Sur une période de deux mois minimum:

  • Le matin à jeun: 1 dose de POE N° 8
  • avant le repas de midi: 1 dose de POE N° 8 + 1 dose de POE N° 2
  • avant le repas du soir: 1 dose de POE N° 8 + 1 dose de POE N° 2

Le POE 2 peut être remplacé par le POE 3 en cas de tendance à la constipation: en effet ce complexe est dès lors plus spécifique:

POE 3:  Pruneau – Zinc-Nickel-Cobalt-Manganèse-Soufre-Magnésium

Il est également possible d’utiliser le draineur general, Drainoligo ou POE 16 pour simplifier la prise, à raison de 5 doses par jour:

POE 16: Algue-Genièvre-Pruneau-Pissenlit-Radis Noir-Ortie + Zinc-Nickel-Cobalt-Manganèse-Soufre-Potassium-Lithium-Magnésium-Chrome

REMARQUE TRÈS IMPORTANTE

Il est très important de noter que le drainage en oligothérapie présente un avantage indéniable: il ne fatigue pas l’organisme car il apporte un soutien fonctionnel aux organes, sans aller au-delà de leur capacité fonctionnelle.

L’objectif du drainage oligothérapeutique est:

a) Soutenir les fonctions digestives et émonctoires de l’organisme pour les aider à éliminer les déchets de ses propres metabolismes
b) Rétablir la fonctionnalité de ces organs

Les résultats sont surprenants et spectaculaires sur le plan énergétique: l’organisme élimine mieux ses déchêts, assimile mieux ses nutriments

Ce qui fait l’efficacité de ce drainage énergisant est la régularité et la répétabilité des prises, conditions indispensables au rétablissement fonctionnel des organes en présence à long terme.

Parce qu’il est énergisant, il peut être entrepris en tout temps, à n’importe quel moment de l’année, lorsque le besoin s’en fait sentir.

Parce que le drainage nécessite une posologie importante, il faut différer le traitement des symptômes principaux. Toutefois si le sujet souffre de façon aiguë d’un symptôme on adjoindra au drainage une posologie restreinte pour celui-ci. Après deux mois un nouveau bilan permettra de voir ce qui s’est amélioré sur le plan fonctionnel, ce qui reste à entreprendre sur le plan lésionnel et à établir les nouvelles priorités.

4. L’eau. Pour faciliter le drainage, il importe de boire en abondance 1,5 à 2 litres d’eau par jour. Mais pas n’importe quelle eau! La seule qui réponde au besoin de l’homme moderne intoxiqué par un milieu ambiant pollué, c’est l’eau du Mont Roucous ou la Rosée de la Reine. La qualité exceptionnelle de ses mesures bioélectroniques laisse loin derrière elle les autres eaux du marché. Les milieux diététiques et hospitaliers, particulièrement en pédiatrie la reconnaissent comme la meilleure.

Quelques astuces

LA CURE DE CITRON

Cette cure est bénéfique à plus d’un titre: elle est reminéralisante, elle draine en stimulant les reins et le foie et elle favorise le système cardio-vasculaire.

Diluer le jus de citron dans de l’eau, sucrer avec du miel.

1ère semaine:    2 à 4 citrons par jour
2ème  semaine:  5 à 6 citrons par jour
3ème  semaine:  8 à 9 citrons par jour
4ème  semaine:  5 à 6 citrons par jour
5ème  semaine:  2 à 4 citrons par jour
ensuite 1 à 2 citrons par jour. Le nombre de citrons  à consommer chaque jour est une simple indication, il peut être adapté à la tolérance de chacun.

L’IRRIGATION COLONIQUE

La nourriture moderne qualitativement et quantitativement est inadéquate. Les aliments raffinés et la viande sont pauvres en fibres. L’excès de sucrerie, les graisses saturées, la crème et le beurre favorisent la prolifération de bactéries nocives et perturbent la flore intestinale. Constipation, Diarrhées, colites, flatulences, parasites intestinaux, hémorroïdes, fissures anales, problèmes cardio-vasculaires, et surtout cancer du côlon sont avec fatigues, allergies, migraines, irritabilité les conséquences logiques d’un mauvais fonctionnement des intestins.

L’irrigation colonique consiste à rincer avec de l’eau additionnée d’huiles essentielles dans l’intestin par un appareil muni d’une canule qui permet l’évacuation simultanée sans qu’elle ne ressente le désagrément douloureux d’un ventre dilaté. Cette eau entraîne avec elle les matières fécales, spécialement les vieilles indurations.

Pratiquée par des spécialistes, l’irrigation ne présente aucun danger, l’eau n’étant pas sous pression, mais descendant par gravité. Dans ces conditions la flore intestinale ne subit aucun dommage.

Il est recommandé aux personnes en bonne santé de faire des irrigations une fois par année et 2 à 3 fois en cas de problème ou chaque fois que le besoin se fait sentir.  

L’irrigation colonique procure un effet de bien-être et de légèreté. On peut attendre une amélioration de l’état général, une défatigation physique et intellectuelle et une forte atténuation de la symptomatologie. L’irrigation peut guérir les maladies fonctionnelles et, si elle ne peut pas prétendre guérir les maladies lésionnelles, elle peut certainement aider à les prévenir.

L’ARGILE

a) par voie interne: quelques heures à l’avance, mettre 2 cuillerées à café d’argile dans un verre d’eau, brasser et laisser reposer. Au moment de boire, remuer. Les premières fois s’abstenir de remuer.

b) en cataplasme: préparer à partir d’argile ventilée et d’eau froide une pâte consistante, en étaler une couche d’un centimètre sur la région à traiter, recouvrir d’une toile ou d’une gaze. Le cataplasme est laissé en place 2 heures ou plus (toute la nuit s’il est bien supporté) plusieurs jours de suite. Applications: pour le foie et les reins. Sur le foie on peut l’appliquer tiède.

LES TISANES

Tisane pour le foie et la vésicule

  • Centaurée (h), Chicorée (r) 5 g
  • Réglisse (b) 10 g
  • Pissenlit (r), Artichaut (f) 15 g
  • Boldo (f), Menthe (f), Souci (fl) 20 g
  • Aspérule (fl), Romarin (f), Caille-lait (fl) 30 g

2 cuillères à soupe dans 1 litre d’eau. Cuire 5 min, laisser reposer 10 min, boire le litre de tisane dans la journée avant les repas.

Tisane contre la constipation

Polypode (r), Lin (gr) 15 g
Mauve (fl), Cassis (f), Ortie (r), Tilleul, (fl), Chicorée (r), 20 g
Bourdaine (é), Rhubarbe (r), Sureau (fr) 30 g

1 cuillère à soupe pour une grande tasse, faire cuire 5 min, laisser infuser 10 min, boire 1 à 2 tasses avant le coucher.

Tisane diurétique

  • Maïs (st), Chiendent (h), Piloselle (f), Busserole (f) 20 g
  • Prêle, (f), Genièvre (fr), Ortosiphon (f), Queues de cerise 30 g

4 cuillères à soupe pour un litre d’eau, faire cuire 10 min, laisser infuser 10 min, boire à volonté dans la journée.

Frédéric Deville
Directeur du Centre de Recherches
et d’Applications sur les Oligoéléments